Vous avez une question? x +

Comment fonctionne une cigarette électronique?

Nos rubriques : Informations générales

Fonctionnement d'une cigarette électronique pour le fumeur vapoteur débutant.

 

 

Depuis le début des années 2000, la cigarette électronique n'a cessé d'évoluer en performance et en efficacité.

 

Son secret, dont les brevets sont majoritairement détenus par les chinois est la pulvérisation par la vapeur de nicotine grâce à une petite résistance électrique.

 

Aujourd'hui, aussi bien pour des raisons de santé que pour des raisons économiques, nombreux fumeurs abandonnent le tabac classique et décident l'usage de la cigarette électronique qui devient un véritable phénomène de société à l'échelle planétaire.

 

Mais comment fonctionne une cigarette électronique ?

Depuis sa création, la cigarette électronique ou l'e-cigarette a un principe de fonctionnement très simple.

 

Elle est composée de trois parties principales : une batterie, un clearomiseur et une résistance électrique.

 

La batterie à l'impulsion d'un bouton de commande fournit de l'électricité à la résistance qui chauffe de liquide contenu dans le clearomiseur à une température d'environ 60 degré. Simultanément le fumeur aspire et le liquide se transforme en vapeur ressemblant à s'y méprendre à la véritable fumée de cigarette classique.

 

Découvrons ci-dessous en détail les différents composants principaux d'une cigarette électronique.

 

La batterie ou accu

La batterie ou l'accu est le principal élément composant une cigarette électronique. C'est elle qui garantit et assure l'énergie nécessaire pour faire chauffer la résistance et monter en température le liquide pour sa transformation en vapeur.

 

La plupart des batteries sont Li-Ion et rechargeables sur secteur ou grâce à une connexion USB. Leur puissance nominale est variable et à adapter en fonction des besoins du vapoteur. Un gros fumeur adoptant l'usage de la cigarette électronique devra choisir une batterie à forte capacité en mA/h (Milliampères par heure) pour bénéficier d'une grande autonomie avant de la recharger.

 

Aujourd'hui le commerce propose des batteries de différentes capacité et puissance : 650, 900, 1300, 1800, 2200 mA/h, etc...

 

Son fonctionnement est très simple grâce à un bouton interrupteur appelé aussi switch qui à l'impulsion du doigt déclenche la batterie et la chauffe de la résistance.

 

Le clearomiseur

Le clearomiseur appelé aussi le cartomiseur est la partie de la cigarette électronique qui regroupe :

  • L'embout ou drip-tip qui permet au vapoteur d'aspirer la vapeur,
  • Le réservoir destiné à recevoir le liquide ou e-liquide,
  • La résistance ou tête de chauffe qui est composée d'un fil résistif et des mèches en fibre de coton ou en silice.

 

La résistance

Dans une cigarette électronique ou e-cigarette, la résistance est comme nous venons de le voir un des composants du clearomiseur ou cartomiseur.

  • La résistance elle-même, se décompose :
  • D'un fil résistif qui monte en température et chauffe lorsque l'on actionne le bouton de la batterie. L'électricité est ainsi libérée et son voltage passe dans le fil résistif.
  • D'une mèche qui a pour fonction de s'imbibée du liquide ou e-liquide. Selon les fabricants ou les procédés, cette mèche est soit en coton organique, soit en fibre de silice. Une fois imbibée, elle contribue lors de la chauffe de la résistance à l'évaporation et à la transformation en vapeur du liquide de la cigarette électronique.

 

Selon les différents modèles de cigarette électronique, la résistance peut avoir des positions en haut ou en bas du réservoir :

  • En bas, elle est mieux imbibée et évite les goûts de brulé que l'on appelle aussi Dry Hit,
  • En haut, elle produise une vapeur plus chaude et favorise la sensation de Hit dans la gorge.

 

Tout comme les flacons de liquide, les résistances électriques sont des consommables que l'on doit changer régulièrement afin de garantir la bonne performance dans la production de vapeur d'une cigarette électronique. Il convient de la changer au moins tous les mois et au mieux à partir de 4 à 5 flacons de liquide consommés.

 

De la fumée sans aucune combustion

Grâce à son procédé révolutionnaire, le marché du tabac traditionnel se voit bousculé et bousculé dans sa part de marché à l'échelle mondiale.

 

En effet, ce mode d'absorption de nicotine a pour avantages selon les dernières études de santé et comportementales :

  • De ne produire aucun goudron car absence totale de combustion,
  • De ne créer aucune gêne dans son entourage en ce qui concerne le vapotage passif par l'inhalation de l'air ambiant du vapoteur,
  • D'être 1000 fois moins nocive pour la santé que la cigarette classique,
  • D'avoir moins de composants chimiques pour la fabrication des liquides,
  • D'être une vraie transition pour arrêter progressivement de fumer.